Le printemps

Henri et Grâce couraient sous le soleil qui coulait en cascades, les brûlait de chaleurs. Henri avait retroussé les manches de sa chemise blanche, une petite trace de gazon vert avait éclaboussé l’arrière en lin, les baskets imprimées étaient usées. Nikita rigolait en léchant sa glace. Comme une enfant. Fleur de lait.

Les balançoires oscillaient avec violence, le bleu pulvérisait le reste, et Grâce dandinait ses mollets potelés, sa robe blanche à fleurs carmin lacée aux épaules rebondies.

Ils se brûleraient les fesses sur le cuir de la voiture en rentrant à la maison. Et c’était bien égal.

Des crocus sortaient de la terre, un avion passait dans le ciel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s