Back

Tourbillons, les tours, tourne encore. D’énormes flocons, épais, doux et à la fois si violents, agressifs, ils mordent, ça brûle mais c’est silencieux. Et dans la couche qui se forme, les pas laissent des traces, des ovales se suivent, réguliers, Nikita marche dans la neige. 

Elle est de retour. 

Le froid et la grippe, la fatigue et les dossiers, la rage de vaincre. Nager en eaux troubles, un film transparent se forme devant les yeux, on aperçoit le reste, mais il est si difforme, si inatteignable, pourtant si net. 

La neige tombe encore, et Nikita avance.  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s