En noir

Ce fut son tour.

Nikita s’avança vers le coffret de bois foncé et déposa un magnifique bouquet de tournesols. Énorme, plein de jaune, de soleil. Comme aujourd’hui.

Elle essuya une larme rageuse en retournant vers Henri, qui la saisit par la taille. Sa bouche était sèche, sa gorge obstruée par une énorme boule qui l’empêchait de respirer. Ses lèvres pincées rendaient son rouge pâle, désuet face au chagrin. Sa peau traduisait de longues nuits d’insomnie.

Elle n’en pouvait plus.

Annie était partie. Elle laissait derrière elle un mari et une fille perdus.

L’air était doux dans le Père-Lachaise, malgré les coups, malgré les monstres, malgré tout.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s